Quels sont les avantages à nourrir le sol plutôt que les plantes directement ?

Pourquoi faut-il nourrir le sol plutôt que les plantes ? Nourrir la terre avec des amendements est plus bénéfique que les apports d'engrais solubles directement aux pieds des plantes. Explications détaillées.

Le sol de nos jardins regorge de vie. Le nourrir et le protéger sont des gestes essentiels. En effet, lorsqu'il est fertile, le sol est apte à fournir tous les éléments nutritifs nécessaires au bon développement des plantes. Elles seront ainsi saines, vigoureuses et elles demanderont bien moins d’entretien pour produire de belles récoltes.

Pourquoi nourrir le sol plutôt que les plantes directement ?

Le sol est un formidable garde-manger pour les plantes ! Azote, phosphore, potassium et oligo-éléments sont essentiels à la vie et à la croissance des végétaux dans de bonnes conditions. Grâce à l'action de la photosynthèse, qui a pour but de créer de l’énergie sous forme de glucides à partir de l’énergie lumineuse provenant du soleil, les plantes transforment naturellement les éléments nutritifs présents dans le sol en sucres et en oxygène nécessaires à leur croissance.

L'apport de fertilisants au sol permet d'obtenir ce bel équilibre, contrairement au nourrissage direct des plantes qui peut, à plus ou moins long terme, dégrader ce fragile écosystème.

Les engrais solubles chimiques, souvent mal dosés, se concentrent dans la terre et risquent de provoquer de gros déséquilibres. Le système racinaire est alors agressé, 'brûlé' par ces surdoses qui assurent l'effet inverse de celui escompté.

Même sans surdose, les végétaux nourris directement par les engrais chimiques deviennent plus fragiles. Ils poussent trop vite à cause de l'effet 'coup de fouet' de ces engrais. En résulte des plantes qui, certes, paraissent très belles d'aspect mais dont les tissus sont plus enclins à contracter des maladies ou des parasites sur le long terme. Ces végétaux dopés, demanderont toujours plus de produits phytosanitaires pour pousser et être productifs.

Le sol, considéré comme simple support de culture dans ce cas, perd peu à peu les éléments vivants qui le composent (micro-organismes : bactéries, champignons, macro-organismes : vers et insectes...) et donc sa capacité à se régénérer sans apports externes. 

Pourquoi est-il si important de nourrir le sol plutôt que les plantes ?

Avez-vous déjà pris le temps d'observer le sol de votre jardin ? Dans les forêts où il est très riche, il constitue un écosystème équilibré. La terre n'est jamais à nu, les feuilles et les débris végétaux tombent et la recouvrent, la mousse s'y installe. Des insectes en phase larvaire (lépidoptères ou diptères), des coléoptères, des collemboles, des cloportes ou des myriapodes se chargent de réduire cette matière organique pour la rendre accessibles aux bactéries et champignons qui vont la transformer en humus fertile. Cette couche de terre bien noire et odorante après la pluie, réveille en nous des souvenirs plaisant de balades en forêts.

Elle constitue les premiers centimètres de la terre. Les vers vont ensuite aider à son brassage vers les couches plus profondes, aidant à l'aération, à l'ameublissement, à la pénétration des eaux de pluie et finalement à la fertilisation du sol. Ne serait-ce pas formidable de recréer ce bel équilibre dans votre jardin ?

Un sol vivant, équilibré, humifère permet de retenir et d'apporter en abondance tous les éléments nécessaires au bon développement des plantes et ce, de manière bien plus saine et naturelle que l'apport d'engrais chimiques. Le sol ainsi chouchouté, retient mieux l'eau, élément essentiel à la croissance des plantes, les échanges chimiques sont optimisés.

Un sol nourri se régénère grâce à l'action des micro-organismes qui le composent par leur transformation de la matière organique en humus. Ce dernier est capable de stocker jusqu'à 20 fois son poids en eau et 5 fois plus d'éléments nutritifs que l'argile.

Le résultat d’un sol bien nourri 

  • Les plantes poussant dans un sol correctement nourri à base d'amendements naturels issus du recyclage des végétaux ou ménagers, voire des amendements et des engrais d’origine naturelle que l'on trouve dans le commerce (compost, paillage, fumiers, engrais verts...) sont naturellement plus résistantes aux parasites, aux maladies et aux conditions climatiques car elles ont moins de carences.

  • Les récoltes au potager sont bien meilleures en déployant beaucoup moins de moyens pour obtenir un résultat égal à supérieur, lorsque le sol est naturellement bien équilibré.
  • Les végétaux étant plus résistants dans un sol bien nourri, le jardinier fera des économies sur les produits de traitement contre les parasites et les maladies avec à la clé un gain de temps, d’énergie et d'argent.

Conclusion : Retrouver une relation directe avec le vivant, composer avec la nature, la respecter, créer une connexion entre le jardinier et son jardin assure les clés de la réussite pour obtenir un jardin fleuri à souhait et des récoltes de fruits et de légumes toujours plus abondantes ! Aider le sol à reprendre vie doit être une priorité pour tous les jardiniers.