Pourquoi jardiner au naturel ?

Le jardinage au naturel permet de produire des récoltes au goût retrouvé et bonnes pour la santé. Préserver la biodiversité, protéger et nourrir le sol et les plantes sans utiliser de produits chimiques sont les bases du jardinage naturel.

Tout savoir sur le jardinage au naturel

Le jardinier fait partie d'un tout, il doit apprendre à composer avec la nature plutôt que de tenter de la maîtriser. En préservant ou en favorisant la biodiversité, le jardin va retrouver un bel équilibre qui sera propice à d’opulentes récoltes, saines, goûteuses et riches en nutriments, mais aussi à l'obtention d'un jardin si fleuri qu'il fera l'admiration de tous !

Comment retrouver l'équilibre du jardin ?

Dans la nature, les plantes poussent sans intervention humaine. Le sol, riche en vie et toujours alimenté en matière organique, est apte à recevoir les plantes qui s'y installent spontanément. Cette dernière notion a son importance car les plantes s'installent là où les conditions leur conviennent le mieux pour pousser. Certaines se contenteront d'un terrain pauvre et sec tandis que d'autres auront besoin d'une terre fraîche et humifère. Elles peuvent pousser, fleurir et même produire des fruits naturellement. 

Le jardinier fait souvent des efforts considérables pour un rendement moindre. À trop vouloir bien faire, il commet parfois des erreurs qui provoquent des déséquilibres fondamentaux avec comme résultat une perte de la biodiversité, un équilibre rompu entre proie et prédateurs et la disparition des insectes pollinisateurs. Les mauvaises pratiques culturales comme le retournement du sol, la destruction des écosystèmes ou la traque à base de produits phytosanitaires de la moindre bestiole engendrent un résultat souvent catastrophique sur les plantes cultivées qui ont bien plus de mal à pousser que celles qui se trouvent livrées à elles-même dans la nature.

Pourquoi est-il important d'observer son jardin ?

Prendre en compte ce qui existe dans un jardin dans sa globalité est une notion fondamentale pour jardiner au naturel. Dans chaque jardin, il existe des points positifs et négatifs dont il faudra savoir tirer partie ou s’accommoder. Certains paramètres méritent tout particulièrement d'être observés.

  • Le climat, la nature du sol, l'exposition entrent bien sûr dans le choix des plantes qui pourront être ou non cultivées dans ce jardin bien spécifique. Par exemple, planter des végétaux tropicaux ou des agrumes en zone où le gel sévit souvent est une perte de temps, d'énergie et d'argent. Il est préférable de choisir des végétaux adaptés au terroir car ils n’ont pas besoin de s’acclimater. Observez les plantes qui poussent spontanément, vous pourrez en déduire la nature de votre sol et donc choisir des plantes qui pousseront mieux dans votre jardin

  • Dresser un état des lieux de la biodiversité est également une chose très importante. Une grande présence d'oiseaux, de mammifères ou de reptiles est signe d'un bel équilibre. Ces prédateurs pourront ainsi s'occuper naturellement de bons nombre de parasites. De même, si les insectes pollinisateurs sont présents en masse, ils assureront une bonne production de fruits et de légumes. Au contraire, si maladies et parasites sont présents en grand nombre, cela constitue la preuve d'un déséquilibre qu'il va falloir corriger en favorisant la biodiversité entre autres. La preuve d’un déséquilibre peut aussi résulter d’un stress abiotique (changement d’environnement) ou de bioagresseurs invasifs aussi connus sous le nom d’"ennemis des cultures” (pucerons, mildiou, plantes adventices…). 

Abeille pollinisateur

Comment favoriser la biodiversité ? 

Voici quelques pistes pour favoriser la biodiversité dans votre jardin :

  • La création d'un plan d'eau, comme un petit bassin de 2 m2 par exemple, va permettre à une faune nombreuse de s'installer durablement au jardin. Oiseaux, reptiles, batraciens et insectes vont aider à combattre les parasites en régulant leur population. 
  • La conservation de zones en jachère où poussent des herbes sauvages est cruciale car ces plantes offrent le gîte et le couvert à de nombreux insectes auxiliaires. C'est le cas de l'ortie qui attire les papillons ou des plantes de la famille des ombellifères très appréciées des coccinelles et des syrphes qui vous débarrasseront des pucerons, mais aussi des guêpes parasitoïdes qui se chargeront de détruire les chenilles ;
  • La plantation de haies diversifiées permettra d'attirer insectes, oiseaux et petits mammifères qui réguleront les populations de ravageurs ;
  • La conservation de quelques tas de branches attirera le hérisson friand d'escargots et de limaces, alors que des feuilles mortes laissées au sol favoriseront la vie biologique de ce dernier. Un simple arbre mort ou un muret en pierres sèches constituent des niches écologiques inestimables. Les rapaces trouvant refuge dans les anfractuosités (trous, notamment dans les arbres morts) pourront se charger de réguler les colonies de rongeurs par exemple.

Mieux connaître son sol pour l’améliorer et le préserver 

Le sol est composé d'organismes vivants. Cette pédofaune (faune du sol) constituée de macro-organismes (insectes, vers...) et de micro-organismes (champignons, bactéries...) assure le renouvellement constant de la terre et sa fertilité. Les vers de terre font naturellement le travail du jardinier en brassant les diverses couches du sol, voilà pourquoi il ne faut jamais retourner la terre. Cela ne ferait que détruire ce fragile écosystème ! Paillage, aération à l'aide d'une bio-fourche, apport d’amendements par griffage ou couverture par des engrais verts constituent autant de solutions pour respecter le sol et obtenir de belles récoltes.

Une analyse de sol est d'ailleurs très utile afin de déterminer la nature exacte de la terre pour mieux adapter les cultures ou choisir les amendements et appliquer quelques rectifications si nécessaire.

Conclusion : Observer, favoriser la biodiversité, prendre en grande considération le sol et créer des zones d'accueil pour une faune et une flore naturelles, assurent le retour d'un bon équilibre au jardin. De celui-ci découlera une facilité de culture et d'entretien pour le jardinier, qui aura moins à se soucier des gestes d'entretien et de traitements. Tout devient facile, avec à la clé des récoltes aussi abondantes que succulentes et un jardin fleuri à souhait !