Pourquoi et comment nourrir le sol au jardin ?

Plus fertile et vivant, un sol bien nourri assure une optimisation des cultures. Les divers fertilisants naturels, amendements et engrais, permettent d’améliorer la terre relativement facilement dans le respect de l’environnement.

Nourrir le sol pour nourrir les plantes

L’importance du terroir est bien comprise pour un vin ou un fromage… Mais nous n’y pensons pas forcément pour un fruit ou un légume. Pourtant, la même variété de tomate cultivée sur des sols différents n’aura pas le même goût ! Lorsque le sol d’un jardin est choyé et bien nourri, il est plus vivant et donc plus fertile. Il favorise ainsi de manière naturelle la pousse des plantes. Pour se nourrir de ses légumes et fruits du jardin, il faut commencer par nourrir la terre qui va les produire. Pourquoi et comment nourrir le sol ? On répond à toutes les questions !

Qu’est-ce que nourrir le sol ?

La terre a trop longtemps été malmenée par des pratiques de culture destructrices comme le retournement ou l'utilisation d'intrants chimiques (herbicides, insecticides, fongicides, engrais...) néfastes à la vie si précieuse qu'elle abrite.

Une faune importante compose le sol que ce soit dans sa partie superficielle ou plus profonde. Vers, coléoptères, bactéries, micro-champignons contribuent à son équilibre et à sa fertilité. Ils doivent être préservés sinon la terre se meurt et devient pauvre, déséquilibrée, stérile. L'apport de produits naturels, que l’on trouve chez soi ou déjà prêts-à-l’emploi, dépend du type de sol présent dans son jardin.

Pour le comprendre, il faut commencer par apprendre à le connaître et l’observer régulièrement afin de réaliser des actions cohérentes au niveau des amendements ajoutés. Le but étant de respecter et même de donner un coup de pouce à l’écosystème et la vie du sol pour obtenir, avec un minimum d’effort, de belles plantes ornementales mais aussi de délicieux fruits et légumes.

Comment connaître la nature de son sol ?

Connaître la nature de son sol permet de savoir quelles plantes et quels légumes peuvent y pousser de façon optimale. Chaque jardin a ses particularités selon la nature primaire de la terre et du climat, mais également selon la façon plus ou moins respectueuse dont elle a été traitée durant les décennies précédentes.

En observant la terre de son jardin à différents endroits, on trouve facilement des indices qui permettent de tirer des conclusions. Pour en apprendre plus sur la nature de son sol, il suffit de réaliser soi-même le test du boudin. Pour se faire, on prélève une bonne poignée de terre et on la malaxe :

  • s’il est difficile voire impossible de faire un boudin : la terre est sablonneuse ;
  • s’il est possible de faire un boudin sans pouvoir faire se rejoindre les 2 extrémités de l’anneau : la terre est limoneuse ;
  • si l’on peut faire un anneau : la terre est argileuse.

Une analyse plus poussée peut être réalisée en laboratoire. Elle permet de connaître le pH qui détermine l'acidité, la neutralité, ou l'alcalinité de la terre. Cette donnée est importante car en terrain trop calcaire certaines plantes sont victimes de chlorose (décoloration des feuilles) et restent chétives, alors que d'autres s'y plairont particulièrement.

L'observation de plantes naturellement présentes dites 'bio-indicatrices' constitue une autre piste pour déterminer la nature de son sol.

Pourquoi faut-il nourrir le sol ?

Nourrir son sol au jardin améliore sa structure et sa fertilité. Bien nourri et bien choyé, il offre un substrat de croissance idéal pour les végétaux qui y trouvent alors tous les éléments nutritifs dont ils ont besoin pour s’épanouir pleinement. On profite alors d’un beau jardin et de belles récoltes au potager !

En nourrissant directement le sol, plutôt que les plantes, la terre se régénère ainsi peu à peu, retrouvant son équilibre originel grâce à des micro-organismes (organismes vivants invisibles à l'œil nu) toujours plus présents. Les plantes vont ainsi être plus résistantes face aux agressions climatiques et parasitaires.

Quels produits pour nourrir le sol ?

Les produits naturels que l’on trouve chez soi ou directement prêts-à-l’emploi, améliorent la structure du sol et le nourrissent correctement.

Produits naturels issus du jardin ou de la maison

  • Le compost réalisé à partir du recyclage des déchets végétaux et de cuisine.

  • Les feuilles mortes, broyées ou utilisées en paillage.

  • Les fumiers d'animaux, frais ou compostés selon la période de mise en place.

  • Les engrais verts, idéaux pour améliorer la structure du sol et sa composition grâce à l'action mécanique et chimique de leurs racines, sont ensuite enfouis ou laissés en couverture du sol après fauchage.

  • Les cendres de cheminée, très riches en potasse, sont à utiliser avec discernement.

 Produits naturels que l’on trouve dans le commerce

  • Les engrais complets biologiques faciles d'utilisation conviennent pour la majorité des cultures.

  • Les fertilisants, adaptables à tous les types de terres.

  • Le fumier, débarrassé des éventuels agents pathogènes, assure une fertilisation saine.

  • Les terreaux de qualité composés de matières organiques ne nuisant pas à l'environnement lors de leur prélèvement et obtenus par des processus naturels.

 

Comment nourrir le sol : les techniques

S'inspirer de la nature, telle est la clé du succès ! Dans les espaces laissés en jachère ou en forêts, le sol n'est jamais à nu, il est ainsi protégé de l'érosion et du lessivage des nutriments et alimenté par la matière organique présente sur place lors de sa décomposition.

Il existe plusieurs techniques pour reproduire ce phénomène au jardin.

  • Le paillage organique doit être réalisé avec une couche épaisse de paille, de résidus de tonte, de végétaux broyés, de feuilles mortes ou de BRF. Cette couche protège le sol, favorise la multiplication de la pédofaune (faune du sol), évite le compactage, le lessivage et la pousse des herbes folles tout en fertilisant le sol. Que demander de plus !
  • Le semis d'engrais vert est idéal dans le cadre d'une rotation des cultures au potager ou en couverture du sol en inter-culture. Vesce, lupin, trèfle, phacélie, moutarde, luzerne offrent des opportunités dans toutes les situations.
  • L'épandage de fumier en hiver sur les parcelles laissées à nu ou d'engrais organique sous la forme de compost en décomposition couvert d'un paillage préservera et fertilisera le sol efficacement.
  • L'enfouissement d'engrais verts après fauchage et broyage, ou de terreau et de compost du commerce est utilisé pour nourrir et ameublir le sol, il faudra veiller à ne pas retourner la terre lors de ce processus.
  • Les apports ponctuels lors de la plantation ou en cours de culture sont nécessaires pour les plantes gourmandes. Des engrais bio comme la corne broyée, le sang séché ou le guano viendront soutenir ces cultures

Comment nourrir le sol pour les incontournables

Incontournables, pommes de terre, haricots, carottes, laitues, tomates, courgettes, poivrons, plantes aromatiques et médicinales, fruits rouges et arbres fruitiers constituent la base d'un jardin vivrier.

Chaque famille de plantes a des besoins spécifiques, certaines étant plus gourmandes en nutriments que d'autres.

  • Les légumes feuilles comme les laitues, les épinards ou les blettes ont besoin d'azote (N) pour développer un beau feuillage. Cet élément est également essentiel à la croissance de tous les végétaux.
  • Le phosphore (P) est essentiel à la vigueur et au développement racinaire, donc très apprécié des légumes racines comme les pommes de terre, les betteraves, les carottes ou les navets.
  • La potasse (K) assure une floraison abondante et donc la production de fruits. Elle est essentielle aux plantes ornementales cultivées pour leurs fleurs, aux légumes fruits comme les courgettes, les tomates, les aubergines ou les melons, mais aussi aux arbres fruitiers.

Le choix d'un engrais adapté au type de culture est donc essentiel.

Une nourriture bien adaptée

  • Peu gourmands, les légumes feuilles comme les salades n'ont pas besoin de beaucoup d'engrais, un simple apport en compost ou une plantation d'engrais vert de la famille des légumineuses au préalable sur la parcelle suffiront amplement.
  • Pour les légumes de la famille des cucurbitacées, les courgettes, courges, pâtissons, concombres, melons et pastèque, un apport de fumier bien décomposé est nécessaire à la plantation. Ces plantes sont très gourmandes en nutriments. Un engrais complet bien dosé en potasse sera essentiel à leur productivité.
  • De même pour les tomates et les aubergines faisant partie de la famille des Solanacées tout comme les pommes de terre. L'engrais spécifique 'Tomates et légumes du soleil' de Solabiol est particulièrement préconisé.
  • Les fraisiers, les petits fruits rouges et les arbres fruitiers ont eux aussi besoin de potasse, les engrais spécifiques aux fraisiers et arbres fruitiers sont idéalement dosés pour les satisfaire.
  • Pour les plantes ornementales, rien de tel qu'un engrais concentré complet liquide à ajouter à l'eau d'arrosage toutes les deux semaines durant la belle saison.

Les mentalités changent et avec elles apparaissent des notions de préservation de l'environnement et d'autonomie alimentaire dans un but de manger sainement, préserver sa santé et retrouver la diversité et le goût. Prendre soin du sol et des êtres vivants qui le composent assure une approche plus logique et plus respectueuse de ce que la nature nous offre chaque jour. Ainsi traitée avec amour, la terre saura à nouveau être productive et généreuse tant au potager qu’en ornemental.