Comment et pourquoi organiser une rotation des cultures ?

Une rotation des cultures des différents types de légumes plantés successivement au potager va permettre de conserver un sol sain et fertile et d'avoir de belles récoltes.

Pourquoi et comment mettre en place une rotation des cultures ?

La terre est un complexe vivant qui a besoin de se ressourcer pour continuer à être productive. Une rotation des cultures efficace va faire se succéder les différents types de légumes sur une même parcelle au fil du temps. La technique permet à la fois au sol de se régénérer et de limiter l'impact des parasites et des maladies. Une expérience à tenter de toute urgence pour optimiser vos récoltes !

En quoi consiste la rotation des cultures ?

La rotation des cultures ou 'assolement' est une méthode appliquée au potager assurant de ne jamais cultiver le même type de légumes sur la même parcelle deux années successives. Elle est généralement mise en place sur quatre ans et intègre une période de jachère ou un semis d'engrais verts pour permettre au sol de se régénérer.

Cette technique assure de ne pas puiser toujours le même type de nutriments sur la même zone, mais aussi d'éviter l'installation de parasites inféodés à une culture particulière, certains parasites ou maladies hivernant dans le sol.

Comment mettre en place une rotation des cultures au potager ?

Il est nécessaire de connaître les différentes familles de légumes et leurs besoins spécifiques pour mettre en place une rotation des cultures. Une fois ce paramètre acquis, il va falloir établir un plan déterminant quel légume occupera telle parcelle.

Le potager est découpé en zones bien distinctes. Une zone accueillera les légumes feuilles, une autre les légumes racines, la troisième les légumes gourmands, la dernière les légumes qui améliorent le sol. Une partie sera consacrée aux légumes vivaces qui restent en place plusieurs années. Le semis d'engrais verts ou la jachère prendront place en interculture.

Connaître les principales familles de légumes au potager

Nous parlerons ici de familles botaniques, car souvent dans une même famille, les légumes souffrent de pathologies communes et sont sensibles aux mêmes parasites.

  • Les Solanacées (tomate, poivron, piment, aubergine, pomme de terre...) sont des légumes gourmands et sensibles aux maladies cryptogamiques.
  • Les légumineuses (fèves, pois, haricots...) fixent l'azote atmosphérique et le restituent au sol. Leurs racines ameublissent la terre.
  • Les Cucurbitacées (melon, pastèque, concombre, courgette...) sont des légumes voraces en nutriments.
  • Les Brassicacées (chou, navet, brocoli, radis, roquette, rutabaga...) nécessitent un sol bien équilibré en nutriments. Ils sont sensibles à diverses pathologies et parasites dont la hernie, la mouche du chou et divers champignons qui ne s'attaquent qu'à cette famille.
  • Les Liliacées (ail, oignon, poireau, échalote...) ne doivent pas être plantés après une fumure (amélioration de la terre par du fumier) ou des légumes produisant de l'azote. Ils sont sensibles à la mouche du poireau.
  • Les Ombellifères (persil, carotte, fenouil,céleri …) ont besoin d'un sol meuble et ne sont pas de grands gourmands en nutriments. Ils sont sensibles à la mouche de la carotte.
  • Les Composées (artichaut, laitue, topinambour, chicorée...) n'épuisent pas le sol et souffrent rarement de pathologies.
  • Les Chénopodiacées (arroche, blette, betterave, épinard...) ne posent pas de souci de culture particulier.

les legumes au potager avec Solabiol

Savoir différencier les types de légumes

Outre les familles botaniques officielles, les légumes ont été classés en catégories pour simplifier la rotation des cultures.

  • Les légumes feuilles (laitue, épinard, blette...) qui ont besoin d'azote pour croître mais n’épuisent pas le sol.
  • Les légumes racines (pomme de terre, navet, carotte...) puisent des nutriments plus en profondeur et de manière équilibrée.
  • Les légumes fruits (tomate, melon, aubergine...) ont des besoins importants en azote, potassium et phosphore. Ils épuisent le sol.
  • Les légumes graines (pois, fève, haricot...) améliorent le sol et fixent l'azote.
  • Les légumes vivaces (artichaut, rhubarbe, chou daubenton…) restent en place plusieurs années.

Établir un plan de rotation des cultures au potager

Le plan sera dessiné à l'automne précédent les plantations afin de pouvoir apporter les bons amendements à chaque parcelle en prévision des cultures sur chaque zone. Le potager sera ainsi divisé en 4 zones sur un cycle de 4 ans. Les légumes pérennes occuperont une place dédiée, dans une zone reculée du potager ou en bordure pour faciliter la rotation des autres plantes.

Par exemple pour la première année :

  • la zone 1, qui accueillera les légumes gourmands, sera couverte de fumier frais en automne ;
  • la zone 2 destinée aux plantes de la famille de légumineuses (légumes graines) et aux Liliacées, ne sera pas amendée ;
  • la zone 3, où pousseront les Crucifères, recevra du compost et un engrais complet au printemps ;
  • la zone 4 consacrée aux ombellifères ne sera pas amendée en fumier pour éviter le risque d'éclatement des racines.

Il suffira ensuite de faire tourner les différents types de légumes sur ces zones pour qu'ils ne se retrouvent jamais sur la même parcelle avant 4 ans. Après une culture de plantes gourmandes, on plantera des végétaux de la famille des Légumineuses, prendront place ensuite des légumes feuilles friands en azote, auxquels succéderont des légumes racines puisant plus profondément les nutriments. Les engrais verts seront semés en interculture pour régénérer le sol.

Conclusion : S'intéresser aux diverses familles de légumes, mieux connaître leurs besoins et les intégrer dans un plan de rotation de culture permet de jardiner au naturel tout en obtenant d'abondantes et belles récoltes. Il serait vraiment dommage de passer à côté de cette technique aussi naturelle qu'efficace pour garder un sol fertile !