Comment fertiliser le sol du jardin ?

L’eau n’est pas le seul élément indispensable pour les plantes. Le sol de votre jardin contient des éléments vitaux que les racines iront puiser pour permettre à vos cultures de se développer.

Cependant, ces réserves en éléments nutritifs ne sont pas infinies… Le sol aura donc tendance à s’appauvrir au fil du temps, à cause notamment des phénomènes d’érosion et d’exportation dû aux récoltes. Il est donc capital d’entretenir la fertilité de la terre en la nourrissant régulièrement. Car, un sol fertile permet d’assurer la croissance de vos plantes en leur donnant les moyens de se défendre contre les parasites et de résister aux aléas climatiques.

Les 3 piliers de la fertilisation

Fertiliser un sol c’est optimiser son apport en éléments nutritifs pour vos plantations. Pour y parvenir de manière efficace, vous devrez prendre en considération 3 piliers fondamentaux. Si l’un d’entre eux manque, le système fonctionnera mal et la plante en souffrira. Elle deviendra alors beaucoup plus vulnérable aux maladies et aux attaques d’insectes et autres ravageurs.

L’amendement organique ou minéral

L’apport d’amendements est utilisé pour équilibrer la nature du sol afin qu’il offre le meilleur environnement possible au développement de vos cultures. Pour ce faire, vous devez tout d’abord bien connaître votre sol. Est-il argileux, sablonneux, limoneux, ou calcaire ?
Ce n’est qu’après avoir répondu à cette question que vous pourrez identifier ses caractéristiques et lui donner les apports organiques ou minéraux nécessaires au maintien, ou à l’amélioration de ses fonctions nutritives.

Les fumiers d’animaux d’élevage et les compostés sont les principaux amendements organiques. D’autres matériaux comme, la paille, les écorces ou les composts de déchets verts peuvent aussi être utilisés. Vous devrez les incorporer à la terre à l’automne ou au printemps. Une fois associés à la terre, ils vont reconstituer le stock de matière organique et l’humus du sol.

En effet, pour être suffisamment fertile, un sol doit contenir un minimum de 3% d’humus. Cette matière organique fournit les principaux éléments nutritifs et permet le développement de la vie microbienne indispensable à la croissance des plantes. 
Avec le temps, l’humus se transforme dans le sol (2% par an) par le phénomène de minéralisation. Si aucune fertilisation organique n’est appliquée, cela entrainera des conséquences négatives, telles que :

  • Le risque de compactage du sol.
  • Le phénomène de croûte de battance.
  • La difficulté pour le sol de stocker l’eau et les éléments nutritifs.

La stimulation des racines

Si les racines des plantes de votre jardin sont peu développées, le volume de terre qu’elles vont explorer sera faible. Par conséquent, vos plantes n’auront pas accès à une quantité suffisante d’eau et d’éléments nutritifs et cela pourrait nuire à leur bonne croissance, notamment lors des périodes de sécheresse.
Pour éviter ce problème, utilisez un stimulateur de croissance racinaire à base d’Osiryl. Ce produit, d’origine 100% naturelle, stimule la croissance des racines et s’utilise à la plantation et en entretien. Offrant des résultats visibles dès 4 jours, le stimulant à base d’Osiryl respecte l'environnement et est utilisé en agriculture biologique.

La fertilisation

 

L’apport en engrais

Pour renouveler les éléments puisés tout au long de l’année et enrichir la terre de votre potager, vous aurez besoin de réaliser une fertilisation « d’entretien » par des apports d’engrais simples ou d’engrais organiques naturels. 
Les engrais sont composés de plusieurs éléments qui vont nourrir le sol et, par conséquent, vos plantes.

  • Azote (N) : C’est l’un des composants majeurs des êtres vivants, et donc des plantes. Un manque d’azote se traduit chez la plante par une couleur pâle du feuillage et une croissance ralentie.
  • Phosphore (P) : Il joue un rôle au niveau des transferts d’énergie dans les cellules et agît sur la mise à fruits et la croissance racinaire.
  • Potassium (K) : Il joue sur la coloration et le goût des fruits. Il réduit la transpiration et augmente la résistance au froid, aux maladies et aux insectes.
  • Calcium (Ca) : Il accélère la maturation des fruits et a également un effet bénéfique sur le sol en favorisant l’activité microbienne, l’humification et la minéralisation. Une carence en calcium peut entraîner une mauvaise conservation des fruits.
  • Magnésium (Mg) : Il renforce la couleur du feuillage et des fleurs. Des apports importants de potassium doivent être jumelés avec des apports en magnésium, sinon il y a risque de carence.
  • Soufre (S) : Il a un effet antifongique et acidifiant dans le sol. Les espèces gourmandes en soufre sont les végétaux de la famille des crucifères : choux, radis, navets et les liliacées (ail, oignon, poireau).

L’utilisation d’un engrais vert est également une solution simple et efficace pour entretenir la fertilité de la terre de son potager entre deux cultures. Vous pourrez en savoir plus sur cette technique de fertilisation des sols complètement naturelle, en lisant notre article sur le sujet.