Comment et pourquoi jardiner au naturel ?

Le jardinage au naturel permet de conserver un sol et un environnement équilibré, afin de cultiver des plantes ornementales et potagères vigoureuses et saines naturellement.

Les bases du jardinage au naturel

Pour comprendre les bases du jardinage au naturel, il est nécessaire de considérer le jardin comme faisant partie de la nature et non comme une structure à maîtriser. Cette approche permet alors de composer avec l’environnement direct et d'améliorer ce qui doit l'être grâce à des techniques et des produits naturels. La préservation de la vie microbienne et de ses équilibres  est essentielle. En nourrissant le sol par des apports d'amendements et en le protégeant par des paillages on obtient un jardin opulent et nourricier.

 

Pourquoi jardiner au naturel ? 

Une approche globale du jardin en tant qu'écosystème à part entière abritant de nombreux êtres vivants, dont le rôle est primordial, constitue la base du jardinage au naturel. Si l'interaction entre les  prédateurs et les parasites (exemple : oiseaux/insectes) est brisée, l'équilibre se rompt et le jardin demande alors beaucoup plus de traitements. Mieux vaut donc composer avec la nature plutôt que de lutter contre !

Le sol repose sur un fragile équilibre à préserver ; la terre ne doit pas être considérée comme un simple support de culture mais comme un complexe vivant qu'il faut respecter. Le rôle de la matière organique décomposée par les organismes qui vivent à la surface ou dans le sol est primordial car elle correspond à un important garde-manger pour les plantes qui seront cultivées.

La richesse biologique du sol, que ce soit dans ses couches superficielles ou plus profondes (macrofaune et microfaune), est indissociable de la fertilité et de la bonne santé de la terre. Ces êtres vivants, qu'ils soient des coléoptères, des cloportes, des fourmis, des termites ou des champignons et des bactéries, aident à la transformation de la matière organique en humus fertile. Ils favorisent l'ameublissement du sol, la pénétration et la rétention des eaux de pluie et aident ainsi à retenir tous les nutriments qui seront alors disponibles pour les plantes que l’on va cultiver. Crucial pour la vie du sol, le vers de terre en est la star incontestée ! Une terre riche en vers est naturellement aérée, plus riche et en meilleure santé.

Lorsque l'on connaît le fonctionnement des écosystèmes du sol, on peut aisément comprendre que le retournement soit une agression pour cet équilibre puisque des organismes anaérobies (à savoir les organismes vivants sans présence de dioxygène) se retrouvent en surface et inversement avec les organismes aérobies. Une terre retournée met environ trois ans à retrouver son équilibre, cette pratique est donc à éviter !

Pour jardiner au naturel, il est également important de connaître la nature de son sol afin d'y adapter ses cultures. Avez-vous pensé à observer les végétaux qui poussent le mieux dans votre région, dans les jardins voisins et à faire réaliser une analyse de sol ? Ces approches vous assurent une meilleure connaissance des diverses possibilités de cultures selon le terroir et la nature du sol. Vous pourrez également corriger d’éventuels déséquilibres grâce aux amendements. 

solabiol naturellement engagé pour un jardinage respecteux

Pourquoi fertiliser le sol ? 

Nourrir le sol permet de compenser la perte des nutriments retirés lors des cultures, notamment par le biais des récoltes, des gestes de tonte ou de taille, ou de l'arrachage du couvert naturel (herbes folles ou cultures), lorsque le sol est laissé à nu. Lorsqu'il pleut abondamment et que le sol est à nu, les nutriments peuvent s'échapper. C'est ce que l'on appelle le phénomène de 'lessivage' qu'il faudra compenser par la fertilisation. 

Selon sa structure (sablonneux, lourd, collant...) le sol peut être victime de déséquilibres. La capacité de transformation de la matière organique en humus fertile est également compromise lorsque le sol est biologiquement pauvre. Voilà pourquoi il est si important pour le jardinier de bien fertiliser et choyer le sol.

Les apports d'amendements organiques et d'engrais vont ainsi assurer un meilleur stockage des nutriments car ils vont offrir une capacité de régénération à la terre et à tous les êtres qu'elle abrite. Ces derniers vont mettre à la disposition des plantes les éléments nutritifs nécessaires à leur croissance.

Fertiliser le sol

À quelles périodes faut-il nourrir le sol ?

À quelles périodes faut-il nourrir le sol du potager ?

En automne et en hiver : il est nécessaire de couvrir le sol pour le protéger du lessivage et du compactage. Le semis d'engrais verts au début de l’automne, l'épandage de fumier frais, la mise en place de BRF ou de paille en couche épaisse vont assurer une amélioration de la structure et de la biologie du sol. Cette technique empêche également la pousse des herbes folles.

Au printemps, des apports de compost, de fumier composté et d'engrais à effet rapide comme le sang séché ou le guano vont apporter un supplément de nutriments au sol en prévision des cultures.

À la plantation et en cours de culture, l'apport d'engrais naturels est fait en tenant compte du cycle des plantes (croissance, production de fruits). Ainsi, l'engrais sera plus dosé en azote en début de culture. Un supplément de phosphore et potasse sera apporté par la suite aux légumes fruits, par griffage aux pieds des plantes ou ajoutés à l'eau d'arrosage selon le produit employé.

L'emploi d'un stimulateur de croissance comme Osiryl permettra en outre de relancer le développement racinaire. 

À quelles périodes faut-il nourrir le sol du jardin d'ornement ?

Lors de la préparation du sol, un apport conséquent de compost permettra de l'améliorer et de fournir des nutriments, ainsi la reprise sera favorisée. Du terreau spécifique peut être employé, notamment pour les plantes ayant besoin d'un substrat à tendance acide, la terre de bruyère est alors préconisée.

Un ajout d'engrais à la plantation comme de la corne broyée ou du phosphate naturel, va apporter des nutriments sur le long terme.

Un apport d'engrais complet aux pieds des vivaces au printemps est toujours bénéfique pour relancer la croissance. Le stimulateur de croissance racinaire Osiryl aidera à cette reprise.

En automne un engrais à base de potasse renforcera les plantes avant l'hiver.

Des engrais complets ou spécifiques (plantes fleuries, arbustes) seront ajoutés en cours de culture par exemple pour soutenir de longues et abondantes floraisons.

À quelles périodes faut-il nourrir le sol du verger ?

Au printemps, lors du débourrement (éclosion des bourgeons), un apport de compost en couche épaisse sous la couronne (au pied de l’arbre sur toute la partie correspondante au volume des branches) va aider à soutenir le départ végétatif surtout s'il est associé à un engrais bio riche en azote et en potasse comme la vinasse de betterave qui sera alors griffée aux pieds des arbres.

À la plantation en automne (ou en mai pour les agrumes), ajoutez de la corne broyée, un engrais naturel à libération lente riche en azote et du compost.

Comment protéger le sol toute l’année ?

Protéger le sol et imiter ce qui existe en forêt est une des clés du jardinage naturel. Cette technique permet de conserver la fraîcheur de la terre en été, de la protéger contre le froid en hiver, de la booster, d'éviter le compactage, d'empêcher le lessivage des nutriments et la pousse des herbes sauvages.

  • Pour protéger le sol, le jardinier a le choix entre de multiples solutions de paillage. Qu'ils soient issus du recyclage des déchets végétaux du jardin ou de la cuisine ou qu'ils proviennent du commerce (cosse de sarrasin et paillettes de chanvre Solabiol).

  • Il peut aussi semer des engrais verts qui, après avoir couvert le sol, seront utilisés en paillage ou incorporés au sol.

Comment et pourquoi réaliser une rotation des cultures au potager ? 

La rotation des cultures va permettre de ne jamais cultiver le même type de légume sur la même parcelle deux années d'affilée. Elle est mise en place sur une durée de 4 ans et intègre une jachère sous la forme de semis d'engrais verts. Par exemple, après une culture de pois ou de fèves qui stockent l'azote atmosphérique et le restituent au sol, on plantera des légumes feuilles comme des salades et de l'épinard qui ont justement besoin d'azote, leur succéderont des légumes racines comme les carottes ou les betteraves qui vont puiser d'autres nutriments en profondeur, puis des engrais verts avant une culture de plantes gourmandes comme les tomates ou les melons.

Cette technique de rotation des cultures permet de :

  • régénérer le sol ;

  • conserver les nutriments et donc de maintenir sa fertilité au sol ;

  • éviter la propagation de parasites et maladies inféodés à certains types de légumes.

Conclusion : Le jardinage au naturel prend en compte le jardin dans sa globalité avec tous les êtres, même les plus invisibles, qui le composent. Aider la nature à retrouver son équilibre par la mise en place de plans d'eau, de haies diversifiées et de techniques de jardinage naturelles assure une biodiversité très développée. De nombreux écosystèmes vont favoriser l'installation d’auxiliaires et d'insectes pollinisateurs. Un sol nourri et préservé, le retour de l'équilibre proies/prédateurs permettent de moins traiter les plantes et de récolter des fruits et légumes aussi délicieux que bons pour la santé.