C'est quoi nourrir le sol ?

Connaître et comprendre le fonctionnement de son sol au jardin pour bien le nourrir en conséquence.

Qu’est-ce que nourrir le sol ? 

Le secret d'un beau jardin : un sol riche, fertile, en pleine santé ! Souvent malmené, retourné ou dégradé lors des constructions en milieux périurbains, le sol a besoin d'un petit coup de pouce pour être apte à produire correctement. Savoir lui apporter les bons produits en fonction de sa nature et de son histoire vous assurera la réussite aussi bien au jardin d'ornement qu'au potager.

 

Nourrir le sol : comment ça fonctionne ? 

Dans la nature, les végétaux s'implantent là où les conditions leur conviennent (exposition, climat, nature du sol) puisqu'ils n'ont ensuite pas les moyens de se déplacer. En effet, s’ils poussent, c’est qu’ils ont trouvé un sol qui leur convenait naturellement sans avoir besoin d’une fertilisation venant de l’extérieur.

Dans un jardin, c'est le jardinier qui décide d'implanter des végétaux sur son sol. Parfois, la nature du sol et les conditions environnantes ne leur sont pas adaptées. Il est toutefois possible de modifier le milieu en apportant des amendements, des engrais et en suivant certaines méthodes de culture. 

Le sol est vivant et doit être enfin considéré comme tel, il constitue le plus grand réservoir de biodiversité mondial. De nombreux organismes y vivent et participent activement à sa biologie. La matière organique est “digérée” par ces organismes et transformée en nutriments disponibles pour nourrir les plantes.

Nourrir la terre et sa microfaune constitue donc la base du jardinage pour obtenir une qualité optimale du sol et donc de belles récoltes. Si le sol du jardin n'est pas choyé et nourri, il s'appauvrit en humus, devient déséquilibré, et se meurt peu à peu. 

Il est important de restituer à la terre ce qui lui a été prélevé lors de la culture ou des récoltes. Une fertilisation d'entretien à base de résidus de tonte, de végétaux broyés, de fumier ou de compost en paillage va permettre en un premier temps de préserver la vie du sol.

Qu’est-ce que la microfaune ? 

Le milieu souterrain est très complexe. Bien qu'invisibles, la plupart des créatures qui le composent sont très nombreuses. De taille inférieure à 2 mm, les micro-organismes (bactéries, champignons, protozoaires, acariens, algues, collemboles...) ont un rôle capital de transformation de la matière organique et de stockage des nutriments qu'ils rendent ensuite assimilables par les plantes. Ils jouent également un rôle de barrière biologique contre les parasites. Ces micro-organismes se trouvent à divers niveaux dans le sol selon leurs besoins en matière organique et en oxygène, voilà pourquoi tout retournement du sol en profondeur est déconseillé.

Qu’est-ce que la macrofaune ? 

Les macro-organismes sont visibles à l’œil nu ; ils mesurent plus de 2 mm. Détritivores, ils recyclent la matière organique (feuilles, bois, cadavres d'animaux...).Crustacés (cloportes), coléoptères, mollusques (limaces, escargots), mille-pattes, araignées, fourmis ou termites ont tous leur importance dans l'équilibre du sol.

Les vers de terre, qui se déplacent entre la surface et 3 m de profondeur aèrent, permettent une meilleure circulation de l'eau et des bactéries. Ils fertilisent le sol en amenant à la surface des éléments nutritifs notamment sous la forme de turricules. En redescendant, ils incorporent des déchets végétaux au sol. Laissez les vers de terre ameublir le sol à votre place ! Le retournement du sol est une technique destructrice et perturbatrice pour ce fragile écosystème. D’ailleurs, saviez-vous qu'il fallait 3 ans à la terre pour se remettre d'une telle pratique ?

Les méthodes pour nourrir un sol

Pour récolter de beaux et bons légumes et avoir un jardin d'ornement qui fait rêver, il est possible de nourrir le sol de diverses manières :

  • par épandage de fumier ou d'un composant naturel qui aidera à recréer un équilibre. Par exemple la dolomie peut être utilisée pour maintenir la neutralité du pH ou pour corriger une trop grande acidité ;
  • en incorporant superficiellement un engrais organique par griffage ; par le semis d’engrais verts.

Conclusion : Comprendre le sol comme une entité composée d'interactions complexes entre ses divers acteurs permet d'approcher les choses sous un angle différent. La terre regorge de vie, la respecter et l'aider à se reconstituer après les cultures et les diverses agressions qu'elle a subi est dans l'intérêt du jardinier qui obtiendra ainsi un jardin beau et productif tout en préservant la biodiversité.