Les conseils de jardinage Solabiol

Bien connaitre son sol pour une meilleure pousse

Bien plus complexe qu’il n’y paraît, le sol est un élément vital que vous devrez absolument connaître si vous souhaitez améliorer la pousse des plantations de votre jardin.

Véritable trait d’union entre les mondes minéral, animal et végétal, il joue un rôle clé dans le maintien de la qualité de l’eau et de l’air. Vous devrez donc apprendre à le connaître, mais aussi à le respecter, car il représente une richesse non renouvelable. En effet, si il faut environ 1000 ans pour qu’un sol se fabrique, seulement une dizaine d’années de mauvaises pratiques agricoles suffisent à le détruire.

La composition du sol

La vie dans le sol se mesure à l’échelle microscopique. Les quelques dizaines de centimètres d’épaisseur que représente le sol sur la planète Terre sont le théâtre d’une activité biologique intense. Chaque élément qui le compose a un rôle à jouer dans la production et le recyclage de toute la matière organique constituant les êtres vivants.

Chaque sol est composé de 4 familles d’éléments :

  • 10 % à 40 % de gaz : azote, oxygène, gaz carbonique et vapeur d’eau
  • 10 % à 40 % d’eau contenant des substances dissoutes
  • 35 % de composés minéraux
  • 15 % de composés organiques

La part de chaque famille varie en fonction des conditions climatiques et de la nature de votre sol.

Le rôle des composés minéraux et organiques présents dans votre sol est de filtrer et stocker les éléments nutritifs et l’eau, évitant ainsi les pertes par lessivage et évaporation.

Les composés organiques, regroupent par ailleurs plusieurs catégories d’organismes, comme les bactéries, les champignons, les insectes et l’humus. Comme les composés minéraux, ils ont un rôle de filtre et de stockage. Mais, ils possèdent aussi la capacité de recycler et créer de nouveaux éléments nutritifs, pigments, substances hormonales et antibiotiques qui interviendront dans la croissance des végétaux et leur résistance aux parasites.

Les différents types de sols

On dénombre 4 principaux types de sols. Chacun présente des caractéristiques propres et nécessite une agriculture et des plantations adaptées.

Sol argileux

C’est un sol lourd qui contient une forte quantité d’argile dans sa composition. Or, on considère qu’une proportion de 15 % à 25 % d’argile est correcte pour une terre fertile. La nature d’une terre argileuse varie en fonction des saisons, collante en hiver et avec un aspect craquelé pendant les périodes de sécheresse.

Sa capacité à bien retenir l’eau et les éléments nutritifs en fait la meilleure terre de jardin.

Astuce : Semez des engrais verts, paillez et apportez régulièrement du compost pour l’alléger. En revanche, évitez d’y apporter du sable dans un premier temps. Vous risqueriez de transformer votre sol en béton !

Sol limoneux

Le sol limoneux est riche et fertile, mais reste fragile à cause de son manque d'argile (inférieur à 10%) et de sable. Il est également sensible à l’érosion. Vous devrez donc procéder à un apport en compost une fois tous les ans si vous souhaitez conserver une production de légumes et une végétation bien fournies.

De par sa perméabilité à l’eau et à l’air, un terrain limoneux doit être régulièrement aéré et couvert par un paillage organique pour éviter qu’une croûte de battance ne se forme à sa surface après la pluie. Semer de l’engrais vert entre chaque culture est aussi une solution contre la formation de cette croûte.

Astuce : Évitez de travailler une terre limoneuse lorsqu’elle est encore trop humide, vous risqueriez de la compacter.

Sol sablonneux

C’est un sol léger et facile à travailler. Une des particularités du sol sableux, ou sablonneux, est qu’il est perméable à l’eau et à l’air. Cela lui permet de rapidement se réchauffer au printemps, mais a pour inconvénient de ne pas retenir l’eau et les éléments nutritifs. La terre sableuse a également tendance à s’assécher en été. Vous devrez donc l’arroser très régulièrement avec de petites quantités d’eau pendant cette saison.

Astuce : Pensez à régulièrement amender votre terrain sablonneux pour éviter que les cultures ne l'épuisent.

Sol calcaire

Ce type de sol basique est facilement reconnaissable à sa couleur blanchâtre. Il est considéré comme une calamité par beaucoup de jardiniers, car il a tendance à rapidement se dessécher en été avec la formation de crevasses caractéristiques. La présence d’argile rend la terre de ce sol collante et compacte par temps de pluie.

La terre calcaire a aussi tendance à retenir et à ne pas laisser circuler certains éléments nutritifs, comme le fer, provoquant notamment un jaunissement des feuilles (chlorose).

Astuce : Pour améliorer la nature de son sol argilo-calcaire, il faut y apporter un supplément de matières organiques en semant des engrais verts, ou en apportant du compost. En revanche, n’utilisez surtout pas d'engrais riches en chaux, car ce type de sol contient déjà 10 à 30% de carbonate de calcium.

Comment connaître la nature de son sol ?

Dis-moi la nature de ton sol, je te dirai quoi y faire pousser… Souvent on cherche à changer son sol pour pouvoir y faire pousser les plantes de son choix. Nous devrions, au contraire, adapter nos cultures en fonction de la nature du sol. Voici donc les différentes manières d’identifier le type et la composition de votre sol.

La texture du sol

Utiliser le toucher est un moyen efficace pour comprendre la nature d’un sol. Pour cela, il vous suffit de réaliser le test très simple « du boudin ».

Test du boudin :

Prenez une poignée de terre de votre jardin et malaxez-la.

  • Si vous n’arrivez pas à former un boudin, vous avez affaire à une terre sablonneuse,
  • Si vous formez un boudin sans pouvoir faire se rejoindre ses extrémités, c’est une terre limoneuse,
  • Si les extrémités de votre boudin se rejoignent, alors c’est une terre argileuse.
La texture du sol - le test du boudon
Le test du boudin

La couleur du sol

Parfois, une simple observation de la terre de son jardin peut donner de précieuses indications sur la nature ou l’état d’un sol.

  • Une terre blanchâtre est probablement calcaire ou sablonneuse,
  • Une terre noire est le signe d’un sol de tourbière,
  • Une terre brun foncé est riche en matière organique,
  • Des teintes bleutées, vertes ou grises indiquent une terre gorgée d’eau.

Les plantes qui y poussent

Les plantes sont également un bon indicateur de la nature de votre sol. En effet, certaines d’entre elles ne vont pousser que sur certains types de sol. Vous devrez donc être attentif aux plantes sauvages déjà présentes sur votre terrain, mais aussi étudier le comportement de celles que vous cultivez.

Les analyses en laboratoire

Si vous souhaitez être pleinement informé de la composition du sol de votre jardin, le meilleur moyen reste encore de contacter un laboratoire spécialisé. Après une analyse poussée, vous serez renseigné sur plusieurs éléments.

  • La texture (proportion en argile, limon et sable)
  • Le taux de calcaire
  • Les éléments échangeables
  • La valeur du C/N (carbone sur azote)
  • Le taux de matière organique
  • Le pH (degré d’acidité du sol)

Avant de contacter le laboratoire, pensez à acheter un kit d’échantillonnage disponible dans le commerce. Il vous servira à prélever la terre pour pouvoir l’envoyer au laboratoire.

Astuce :

Quel que soit votre type de sol, des réflexes simples vous permettront de l’optimiser et d’améliorer sa fertilité.

  • Le semis d’engrais verts
  • L’apport régulier de compost
  • Le paillage pour protéger votre terre et éviter qu’elle se retrouve à nu.

Mon Programme Jardin, votre coach jardin personnalisé !

Renseignez les plantes présentes de votre jardin : arbres, fleurs, fruits, légumes, gazon...

Répondez à quelques questions pour vous connaitre un peu mieux.

Recevez tous les mois votre Programme jardin personnalisé par email.